Vie Quotidienne et Audition
une association pour mieux vivre l'audition au quotidien
Vous êtes ici:  Accueil ---  Formations ---  Accessibilité - Accueil
Accueil Autonomie Audition
ENTENDRE ET COMPRENDRE : UNE QUESTION D’AUTONOMIE

Avec la mise en oeuvre de la loi de février 2005 « pour l’égalité des droits et des chances, pour la participation et pour la citoyenneté des personnes handicapées », l’accessibilité devient une obligation et sera totalement applicable d’ici 2010 ou 2015 selon les cas.
En la matière, la référence reste "le fauteuil roulant" et l’accessibilité physique. Du coup les mesures de mise en accessibilité sont la plupart du temps pensées uniquement en termes d’aménagement architecturaux ou techniques.
Or, même pour une personne touchée par un handicap moteur, la dimension humaine est fondamentale pour son autonomie (voir note accessibilité audition transport).

Pour ce qui concerne les problèmes d’audition, on se limite la plupart du temps à installer des boucles magnétiques, qui ne sont utilisables que par une minorité de personnes mal entendantes : celles qui sont non seulement appareillées, mais équipées d’appareils demande de répondre à quelques questions présentées succinctement :

1 - spécificité de la malentendance et du binôme émetteur-récepteur ?

2 - nature de la gêne et du besoin selon les catégories de personnes concernées ? conséquences pour l’autonomie de la personne ?

Niveau de perte et Nature de la gêne
perte légère 20 à 40 dB 55% perte bruits faibles et de certains éléments phonétiques, pbs compréhension nombre et nom propre, dans le bruit
perte moyenne 40 à 70 dB 33% parole forte seule perçue, appareillage améliore, mas reste problème dans le bruit
perte sévère 70 à 90 dB 9% seul des sons forts parviennent, voix inintelligible, difficile avec appareils dans le bruit
Surdité profonde > à 90dB 3% Restes auditif, appareillage pour communiquer en vis-à-vis dans le calme OU sourd total - lecture labiale ou LSF ou implant cochléaire

Même avec une baisse faible, la communication est perturbée... et la compréhension faite de confusion, en particulier dans les informations pratiques. Or ce début de perturbation correspond à un stade où les personnes sont très rarement appareillées... d’où l’importance d’améliorer "l’émetteur", c’est-à-dire de former les émetteurs à l’intelligibilité de la parole., et les conditions de transmission du message.

3 - conditions spécifiques à la structure : accueil, conférence-spectacles, info à distance ?
En terme d’accessibilité, la compensation de la gêne sera gérée différemment selon les circonstances.
= cinéma-spectacle, conférence : amélioration qualité acoustique des locaux - dispositifs d’écoute spéciaux (boucle magnétique, casques HF...)
= guichet : amélioration de la qualité acoustique - induction magnétique -amplis de proximité - formation du personnel
= annonce (gare, trains) : formation des personnels, amélioration des matériels d’annonce - annonces visuelles

4 - solutions humaines, en particulier formation des personnels
La première condition de compréhension d’un message verbal, c’est l’intelligibilité de la parole.
L’accessibilité des malentendant(e)s passe donc d’abord par la formation à la parole et à l’écoute.

5 - solutions techniques utilisables par catégories de personnes solutions auditives :
meilleure acoustique des locaux et des sonos pour tous
mini amplis ou casque de proximité pour personnes non munies d’appareils à position "T"
induction magnétique pour personnes munies d’appareils à position "T" solutions visuelles
écriture des informations sujettes à malentendus : chiffres, nom propre, etc. (papier, ardoise magique...)
panneaux d’annonce visuelle
signalétique définie avec utilisateurs étrangers au lieu et à la structure

NB - "l’accessibilité ne s’use que si l’on ne s’en sert pas ". Nombre de mise en accessibilité ont été de peu d’effet faute d’information du public. EXEMPLE : la RATP avait installé des boucles d’induction magnétique aux guichets d’un grand nombre de stations de métro. Faute d’information, elles sont vite tombées en désuétude : les malentendants ne connaissaient pas leur existence ; les guichetiers ne savaient pas les utiliser. Elles ont finalement été démontées lorsque les vitres des guichets ont été changées dans le cadre du plan vigipirate.... La mise en accessibilité n’a donc de sens que si elle s’accompagne de campagne de communication à destination du public malentendant , avec plusieurs cibles : • le grand public , par exemple sous forme d’un message figurant sur les factures • les audioprothésistes : affiches et dépliants à distribuer dans leurs cabinets ; c’est le seul lieu incontournable pour les malentendants appareillés (environ 1 million) . • les structures relais : services sociaux généraux (Conseils Généraux, Caisses de Sécurité Sociale, Mutuelles, etc) ; structures d’accompagnement du handicap ; associations de personnes âgées , services de soins à domicile, etc.

Afficher une version imprimable de cet article    afficher une version imprimable de cet article
Dans la même rubrique :
-entendre et comprendre
-Accessibilité - Transport et Audition
-Formation des personnels des EHPAD