Vie Quotidienne et Audition
une association pour mieux vivre l'audition au quotidien
Vous êtes ici:  Accueil ---  SOS retraite handicapés
Contre la discrimation à la retraite

pour que les personnes handicapées qui ont pu se maintenir en activité jusqu’à 60 ans ne voient pas leurs revenus s’effondrer lorsqu’on les bascule à la retraite !

Le 18 décembre, dans le cadre de la loi de financement de la sécurité sociale, le parlement a voté la libéralisation du cumul emploi-retraite. Il a supprimé les limitations précédentes datant de 2003 : plafond au revenu antérieur (moyenne des 3 derniers mois) et non reprise chez le même employeur avant 6 mois.





Les caisses AGIRC-ARCCO ont décidé le 23 janvier 2009 d’appliquer ce dispositif. Par contre la CNAV continue à ne pas l’appliquer aux personnes handicapées.

Les personnes percevant une pension d’invalidité semblent exclues de cette mesure. Certes ils ont droit à une retraite à taux plein à 60 ans du fait de la suppression à cette date de leur pension.

Cette bonification peut être comparée à celles accordées aux mères de famille : 8 trimestres par enfant élevé dans le secteur privé, 4 trimestres dans le secteur public.

Mais ils ne peuvent maintenir une activité qu’à hauteur de 50% du SMIC (voir "retraite à taux maximum" sur www.retraite.cnav.fr).

Handicapés, nous sommes un certain nombre à avoir réussi à garder - à temps partiel - une activité, la pension d’invalidité venant compléter nos revenus. Mais la plupart du temps nos parcours professionnels ne nous garantissent pas une retraite élevée, et cette retraite à taux plein représente une baisse importante de nos revenus... alors que les besoins de compensation du handicap ne diminuent pas avec l’âge, que les aides attribuées aux travailleurs handicapés (aides techniques en particulier) disparaissent avec notre activité professionnelle. Beaucoup d’entre nous souhaitent donc conserver une activité rémunérée limitée permettant de préserver le plus possible leurs revenus.

Nous demandons donc à un maximum de personnes d’intervenir pour que le droit commun s’applique à tous.

Certes la plupart des personnes handicapées ne sont pas concernées car leurs revenus sont minimaux. Mais cela ne justifie pas cette discrimination à l’égard de ceux qui ont maintenu une activité et des revenus "correct" : devons nous être condamnés à la pauvreté ?

Face à cette injustice, nous saisissons les parlementaires, les associations du handicap, les confédérations syndicales, les médias.

Pour saisir les parlementaires, vous trouverez leurs adresses internet sur les sites

de l’Assemblée Nationale : http://www.assemblee-nationale.fr/1...

du Sénat : http://www.senat.fr/elus.html

Documents liés
NOTE RETRAITE HANDICAP
PDF - 84.8 ko
 
Afficher une version imprimable de cet article    afficher une version imprimable de cet article
Dans la même rubrique :
-interventions des parlementaires
-retraite et handicap : pour le maintien du droit à compensation